Catégories
Des arbres

Fractures d'arbres aux fourches

Les méthodes précédemment utilisées pour sécuriser les membres contre la rupture consistaient à utiliser des anneaux et des barres ou des chaînes. Un anneau métallique relié avec un boulon avec un écrou a été placé sur le membre en danger (cerceau) et la branche annelée. Un anneau similaire a été mis sur l'autre branche, et puis ils ont été connectés avec des barres ou des chaînes métalliques. Un tel lien peut encore parfois être trouvé sur de vieux arbres. L'inconvénient d'encercler les troncs et les membres liés est le suivant, qu'il presse le cortex de l'extérieur de la fixation, puis, à mesure que le tronc s'épaissit, il crée une obstruction et exerce une pression, écraser l'écorce sur toute la circonférence, et gênant ainsi la croissance du bois. Les produits d'assimilation descendant rencontrent un obstacle sous la forme de tissus conducteurs écrasés et sont stockés dans le tissu parenchyme en croissance excessive du cortex., sur la pression exercée par le cerceau. Ensuite, des renflements caractéristiques apparaissent formant un surplomb sur l'anneau (dessin).

Dessin. Mauvaise façon de nouer: une croissance inégale du membre pressé par l'anneau peut entraîner une fracture.

Dans cette situation, la succursale est à risque, parce que cette partie de l'écorce, qui est situé sous l'anneau, il est dépourvu de produits d'assimilation jusqu'au point de ramification le plus proche (l'afflux d'assimilés vers les racines est assuré par d'autres branches), qui a un impact négatif sur la croissance du bois et peut entraîner le dépérissement du phloème et du cambium. La branche entière au-dessus de l'anneau se développe normalement jusqu'à un certain temps, et encore mieux, consommer des produits d'assimilation pour «ses propres besoins». Le bois sous l'anneau ne s'accumule pas, tandis que la branche en développement devient de plus en plus lourde. Par conséquent, dans de tels cas, le membre se casse à l'endroit où la poignée est placée. Cela pourrait être évité en retirant l'anneau tôt – au stade initial du pressage. Le non-respect de cette consigne augmente la tension dans l'anneau de poussée, et souvent aussi dans la tige reliant les branches du fait de l'expansion de ces dernières et de l'augmentation de leur poids. La suppression de l'adhérence dans ces conditions devient dangereuse en raison de la contrainte existante sur la jante, et c'est techniquement difficile. Avant de procéder à cela, il est nécessaire de "détendre" la tige en tirant sur les membres fixés avec une fixation à l'aide de cordes., puis coupez le lien et retirez les anneaux et retirez-les. Retirer les anneaux "incarnés" dans leur ensemble peut être très difficile et doit donc être coupé en petits morceaux. La reliure supprimée doit être remplacée par une autre, préalablement préparé et établi ci-dessus.

Actuellement, d'autres méthodes de liaison des membres sont utilisées et recommandées. Les barres qui maintiennent les membres attachés les traversent et se terminent par un écrou avec une rondelle appropriée (dessin), forme adaptée (il a généralement la forme d'une ellipse) à la forme requise de la plaie corticale, qui doit être retiré avant la liaison.

Dessin. La méthode de fabrication de la poignée lors de l'attache de deux branches: a - barre ronde en acier; b - rondelle posée sur bois; c - rondelle sous l'écrou; d - écrou.

La rondelle empêche l'écrou de se bosseler dans le bois, dont la petite superficie, en raison de l'action de forces importantes sollicitant la liaison, il ne peut pas l'empêcher. Par conséquent, la taille des rondelles utilisées est différente et leur longueur varie de 6 fais 20 cm. Largeur, tout en conservant la forme elliptique, devrait être la moitié de la longueur. Le diamètre des trous dépend du diamètre de la tige utilisée et varie de 10 fais 18 mm. Afin de maintenir le jeu requis lors de l'application de la rondelle, les trous doivent être plus grands que le diamètre de la barre par o 2 mm. Les rondelles sont constituées de tôles ou de barres plates en acier 3-8 mm, en fonction de la taille de la rondelle. La rondelle peut être légèrement pliée vers l'axe le plus court afin d'augmenter le degré d'adhérence à la surface du bois et de la rendre plus rigide. Le degré de flexion doit correspondre à la courbure circonférentielle du tronc. Le bois sous la rondelle doit être nivelé avec un ciseau. Les bords de la rondelle doivent toujours être coupés (sur le moulin) à un angle de 45 ° ou plus brusquement, qui facilite la croissance des tissus cicatrisants sur sa surface. De plus, sous l'écrou, il devrait y avoir une rondelle circulaire avec un diamètre extérieur similaire à la largeur de la rondelle elliptique ou légèrement plus petit et le diamètre du trou, comme dans une rondelle elliptique. Le but de la mise en place de cette rondelle est de mieux répartir la pression de l'écrou sur la rondelle elliptique.